vendredi 10 juillet 2015

Scalpel de Diana Lama

Scalpel de Diana Lama, l'Archipel

La quatrième de couverture: Sur la côte rocailleuse de Naples, le corps nu et mutilé d’un célèbre mannequin est retrouvé. La victime a subi les mêmes sévices que deux autres femmes, dont les dépouilles ont été découvertes quelques jours plus tôt.
La police est convaincue que ces crimes sont l’œuvre d’un serial killer que la presse a surnommé « l’Anatomiste » en raison des amputations qu’il fait subir à ses victimes.
L’enquête est confiée à une équipe menée par le psychiatre Tito Jacopo Durso et Artemisia Gentile, une criminologue dont les émissions télévisées sont très suivies.
Artemisia, qui a compris le lien unissant les victimes, n’hésite alors pas à défier le serial killer grâce aux caméras de son émission.
Elle croit lui tendre un piège, mais « l’Anatomiste » l’a déjà désignée comme sa prochaine victime…


Ce que j’en pense : Mitzi est une ancienne victime du Docteur, un pédophile que personne n’a jamais su appréhender. Devenue psychologue, elle intègre l’Équipe, qui est un groupe de spécialistes menant l’enquête sur l’Anatomiste, un tueur en série impitoyable.
Cette histoire est pleine de rebondissements. Deux intrigues se font front, s’entremêlant parfois. Le récit renferme beaucoup de suspens et d’actions. Tout le long, j’ai été tenue en haleine, attendant avec appréhension la prochaine horreur. Le rythme est haletant et soutenu. Je ne me suis ennuyée à aucun moment. L’instant du climax est vraiment insoutenable et au moment où je pensais assister au pire tout est retombé comme un soufflet ! Comme vous l’aurez compris, j’ai été un peu déçue par le dénouement final. En fait, c’est comme si on me promettait un orgasme et que au moment crucial, le téléphone se met à sonner vous coupant tous les moyens.
Heureusement, Diana Lama n’a pas misé seulement sur l’intrigue mais aussi sur les personnages. Au départ, je les ai trouvé nombreux, avec des noms à l’italienne imprononçables. Je me suis sentie perdue et j’ai dû faire des allers- retours entre les pages pendant un long moment. La multitude des personnages est plutôt bien construite mais on sent que le travail n’a pas été plus approfondi que cela. En fait, on se rend compte très vite que c’est Mitzi qui porte la plus grande partie du livre sur ses épaules.
Elle est le personnage principal. Jusqu’au bout, tout tourne autour d’elle. Il est question d’elle, même lorsqu’elle n’est pas là. Elle campe une ancienne victime qui tente de se reconstruire. Psychologue de renom, elle renferme une certaine fragilité.  Elle a une sensibilité à fleur de peau et elle alterne entre courage et peur panique. Je l’ai trouvé intéressante au départ, puis un peu gnangnan et ennuyeuse en milieu de roman. Son intérêt augmente vers la fin du récit et elle prend une autre dimension, laissant découvrir d’autres pans de sa personnalité. Diana Lama a donc misé beaucoup sur ce personnage complexe.
Le style d’écriture est plutôt simple mais la formule reste efficace. Il y a beaucoup de détails dans les descriptions ce qui prouve que l’auteure c’est attachée à se documenter sur l’anatomie humaine en amont. Le choix de la narration qui alterne les points de vue des différents personnages est judicieux. Cela reste néanmoins, un choix de narration banal pour le genre thriller. L’écriture est tantôt fébrile, tantôt beaucoup plus posée. Diana Lama impose son style au fur et à mesure du roman sans brusquer le lecteur.


Bref : Un bon thriller malgré une fin en demie teinte.

Lecture en partenariat avec:


2 commentaires:

Jérôme a dit…

Si on t'a coupé ton orgasme en plein vol, non merci ;)

Amandine Aufildesplumes a dit…

Une vraie frustration!!! :-)