lundi 16 mars 2015

Une photo, quelques mots (7)

Comme chaque lundi, je me plonge avec délectation dans l’atelier d’écriture de Leiloona.
Cette semaine la photo est de Diane et la voici :



Comme vous devez l’imaginer avec une photo pareille, écrire la suite de Cassandre est un peu compliquée donc je la mets en pause pour cette semaine et je vous livre un texte d’un autre genre.

Je me sentais vieille, je me sentais mal. Divorcer à 40 ans, c’est pas vraiment le but ultime d’une vie. Du jour au lendemain, je me suis retrouvée seule comme une conne dans un petit appartement miteux à bouffer de la glace et à chialer devant Dirty Dancing. Paul n’aimait plus mes bourrelets, il n’aimait plus ma cellulite, ni mes vergetures et moi non plus d’ailleurs. Au bout de quelques mois, j’ai repris les choses en main. J’ai jeté les milliers de mouchoirs qui traînaient sur le canapé, j’ai pris une douche, je me suis fait épiler comme jamais, je suis allée chez le coiffeur et je suis partie en voyage avec le Club Med ! J’aurai pu aller chez un psy mais franchement je serai revenue moins bronzée. Là- bas, j’ai vu des paysages magnifiques, je me suis prélassée et j’ai rencontré Pablo. Lui, il aimait mes bourrelets, il s’y cramponnait lorsqu’il me culbutait. Il aimait ma cellulite et il me le montrait en me la léchant jusqu’à remonter à mon entre- jambe. Il aimait mes vergetures et celles qu’il préférait, c’était celles de mes seins qu’il suçotait à tout va.
Pablo a changé ma vie, il m’a rendu belle à nouveau. Je me souviens d’une fois où nous marchions sur la plage. Tout était désert, seule une barque traînait là sur le bord. Il m’a regardé d’un air entendu m’a pris par la main et m’a entraîné dans le petit bateau. C’était une de ses barques colorées à la peinture qui s’écaille. Pablo a soulevé lentement mon paréo et a fait glisser ma culotte. Il est remonté lentement en me faisant des baisers légers sur une jambe puis sur l’autre. Il a passé un coup de langue avide sur ma partie intime et m’a attrapé un sein qu’il a serré fort. Je me suis mise à gémir instantanément en me tordant. Ni une ni deux il est remonté jusqu’à mon nombril, y a glissé sa langue et a continué ainsi jusqu’à mes tétons. Pendant plusieurs secondes, il a suçoté, mordu et léché jusqu’à ce que je me cabre. J’ai voulu le dominer un peu mais il a attrapé mes mains et les a attaché avec la corde qui traînait dans le fond du bateau. Je ne pouvais plus le toucher. J’étais là, victime consentante à appeler son membre durci dans ma chair. Il m’a regardé dans les yeux et m’a pénétré brutalement. Sa respiration s’est accéléré allant au rythme de ses coups. Puis tout d’un coup, un râle, un gémissement, puis plus rien…. Pablo gisait sur moi, inerte….
C’est seulement quelques heures plus tard qu’un couple de japonais nous a trouvé ainsi, alerté par mes cris. Quelle ne fut pas leur surprise de trouver dans ce petit bateau de pêche pittoresque une femme nue sous un vieil  homme sans slip, mort.

Le médecin légiste a conclu à une crise cardiaque due à un effort intense pour les 75 ans de Pablo. En effet, pour son âge, cette culbute était l’effort de trop…

N'hésitez pas aller lire les autres textes sur le blog Bricabook.

Rendez-vous sur Hellocoton !

18 commentaires:

Stephie a dit…

Oh les pauvres ! J'ai adoré ton texte même si j'aurais choisi autre chose que "partie intime" et que j'aurais aimé que sa langue s'attarde un peu *sifflotte* Et la corde... hmmmm
Beau texte !

Amandine Aufildesplumes a dit…

J'avoue que je n'étais pas trop à l'aise avec le style mais je me suis marrée en l'écrivant. Le truc c'est de trouver les mots justes d'en dire assez mais pas trop non plus sans tomber dans le trop vulgaire. Un vrai exercice de style.
Je suis pas non plus complètement satisfaite de la fin...

Stephie a dit…

C'est un joli coup d'essai. Tu as lu "Avis de Tempête" d'Angéla Morelli ? Parce qu'un des concours de la semaine dernière propose d'écrire la scène épicée que l'on aimerait trouver à la fin de la nouvelle.

Amandine Aufildesplumes a dit…

Et non je ne l'ai pas lu...

Vudemeslunettes a dit…

J'aime beaucoup l'évolution en quelques lignes de ton personnage !
En tout cas, ton texte m'a bien fait rire :)
Bravo !

Amandine Aufildesplumes a dit…

Merci beaucoup! Pour moi il manque quand même un truc...

Titine a dit…

Excellent ! Très sensuel ton texte et cette fin est vraiment très bien trouvée. Bravo !

Amandine Aufildesplumes a dit…

Merci :-)

L MARIANNE a dit…

bonjour !
quelle chute !!
trop bien ta participation !! un Pablo comme cette proue de bâteau ! un peu usé !! la pauvre qui reprenait gout à la vie-
c'est pas de chance !!
bravo !!

Amandine Aufildesplumes a dit…

Merci!
Dès fois la vie est injuste!

saxaoul a dit…

J'ai beaucoup ri en lisant ce texte. Et quelle chute cruelle !

Adrienne a dit…

je trouve qu'elle finit très bien, cette histoire :-)
une belle mort pour Pablo et une belle renaissance pour la narratrice :-)

Amandine Aufildesplumes a dit…

Et oui,parfois je suis pas sympa avec les personnages!

Amandine Aufildesplumes a dit…

C'est sûr que mourir dans un orgasme c'est quand même le top!

bene89 a dit…

Très beau texte, très sensuel. (et j'aime beaucoup aussi le psy qui fait moins bronzer ;-))

Amandine Aufildesplumes a dit…

Faudrait inventer la séance de psy avec cabine uv.

antigone a dit…

Rhoooo, moi qui était contente pour la narratrice, quel dommage !! ;)

bookinsofa a dit…

J'ai adoré te lire!
Quelle échappée ^^
Je ne m'attendais pas du tout à une telle chute et je ne savais pas trop si je devais être triste ou sourire. Finalement, j'ai laissé échapper un petit rire car la scène que je voyais à la fin était assez cocasse.

Je dois absolument penser à participer à ce rendez-vous!