samedi 1 octobre 2011

Sauver sa peau de Lisa Gardner

Sauver sa peau de Lisa Gardner, Livre de Poche, 503 pages, août 2011

La quatrième de couverture: Sally, Cindy, Lucile... Depuis l'enfance, Annabelle Granger s'est habituée à devoir changer brusquement de prénom, de nom, de maison, de ville, d'histoire... sans que ses parents lui donnent la moindre explication. Bien plus tard, a découverte, dans une chambre souterraine de l'ancien hôpital psychiatrique de Boston, des cadavres de six fillettes fait la une des journaux. L'une d'elles porte un médaillon au nom d'Annabelle Granger. L'heure n'est plus à la fuite et Annabelle décide de sortir enfin de l'ombre. Mais le tueur est toujours aux aguets. Il l'attend. Depuis vingt- cinq ans.

Mon avis: Et oui, à nouveau un thriller! Une fois n'est pas coutume, je me lance dans la lecture d'un livre à l'univers noir.
Pour commencer, parlons de l'intrigue. Alors là mes amis j'ai accroché du début à la fin. Je n'ai pas réussi à décrocher du livre. Ce livre est une spirale infernale. Dès que vous en aurez lu les premières pages, vous serez engloutis! Comme vous l'aurez compris, l'histoire m'a vraiment plu. Je lis beaucoup de thrillers et je dois avouer que pour le coup, l'histoire est originale. Dès le départ, je me suis posée des questions et je me suis prise au jeu. Essayer de démêler le vrai du faux, croire ce que tel personnage dit ou pas? Douter de certains, croire en d'autres... Bref, j'étais le détective.
Les personnages sont attachants, surtout celui d'Annabelle qui a eu une enfance chaotique (je n'en dis pas plus...). Par contre, les personnages des détectives ressemblent légèrement à du déjà vu... La fliquette rebelle et le flic répentit je connais un peu mais bon, cela n'a pas dérangé ma lecture.
Le style de l'auteur quant à lui est simple mais efficace. Les points de vues des personnages alternent tout le long du livre. Personnellement, j'aurai préféré que l'on reste sur le point de vue d'Annabelle. Néanmoins, le changement de point de vue dans la narration permet ici de laisser des zones d'ombre nécessaires à la création du suspens. Le suspens, parlons- en. Il est omniprésent du début à la fin et contribue à vous hâpper.
Pour résumer, un livre que je vous conseille.

Ma note: 8/ 10

Les premières lignes: Mon père m'a expliqué ça pour la première fois quand j'avais sept ans: le monde est un système. Les quartiers sont des systèmes. Les villes, les gouvernements, n'importe quel grand groupe de gens. Le corps humain aussi d'ailleurs, un système qui fonctionne grâce à de petits sous- systèmes biologiques.

Je tiens à remercier Livre de Poche pour leur confiance et cette superbe lecture.

1 commentaire:

Virginie a dit…

Un partenariat réussi alors! On sent ton enthousiasme en tout cas :)