jeudi 4 août 2011

Les noces barbares de Yann Queffélec

La quatrième de couverture: Fruit d'une alliance barbare et d'un grand amour déçu, Ludovic, enfant haï par sa trop jeune mère- Nicole- et ses grands- parents, vit ses premières années cachés dans un grenier.
La situation ne s'arrange guère après le mariage morose de Nicole avec Micho, brave et riche mécanicien qui cherche à protéger Ludovic. Hantée par ses amours brisées, sombrant dans l'alcoolisme et méprisant son mari, la jeune femme fait enfermer son fils dans une institution pour débiles légers. Mais Ludovic  est loin d'être le crétin qu'on suppose. Il ne cesse de rêver de sa mère qu'il adore autant qu'il la redoute. Même une première expérience amoureuse ne parvient pas à l'en détourner. Son seul but, son unique lumière: la retrouver.
S'enfuyant un soir de Noël, il trouve refuge sur la côte bordelaise, à bord d'une épave échouée, écrit des lettres enflammées qui restent sans réponse. Et c'est là que va se produire entre Nicole et son fils une scène poignante et magnifique de re- connaissance mutuelle.

Mon avis: Cette histoire commence par un drame... Une histoire d'amour qui tourne au cauchemar pour Nicole et qui aboutira à la naissance de Ludovic. Mais comment accepté un enfant issu d'un viol? Comment accepter le regard des autres? De façon cruelle, Nicole prend la décision d'ignorer Ludo et de le faire payer pour "tout ça" en lui faisant subir des choses atroces. L'intrigue est réellement poignante, d'autant plus que les trois quart du temps, le point de vue de Ludo est dominant. Tout au long du livre, l'auteur dissèque cette relation mère- fils du "je t'aime moi non plus". Une mère qui rejette son enfant, un complexe d'Oedipe grandissant, bref tous les éléments pour faire de cette histoire, un récit émouvant.
Les personnages sont véritablement attachants. Le lecteur compatit au drame de Nicole mais se mettra bien vite à la haïr pour son attitude injuste avec son fils. Ludo, ce pauvre gamin qui aurait le "singe" est un personnage atypique et attachant que l'on a envie d'aider, de soutenir et de cajoler. Les parents de Nicole pourraient s'apparenter aux Thénardier des Misérables de Victor Hugo. Et enfin Micho, le nouveau mari de Nicole, trop gentil et qui en paiera le prix fort.
Tout au long du livre, on suit donc Ludo dans son calvaire et on l'observe à travers les lignes, on l'épie en espérant qu'un jour peut être il s'en sortira.
J'ai beaucoup aimé le style de l'auteur. Tout en restant classique, Yann Queffélec a su mettre sa touche personnelle notamment en incorporant des passages en italique traduisant directement les pensées de Ludo.
On ne peut pas sortir indifférent de cette lecture. Moi- même, lors des dernières pages, j'avais la gorge complètement nouée et les larmes aux yeux. Ce livre m'a réellement bouleversé. Un petit chef d'oeuvre de 309 pages que je vous conseille.

Ma note: 10/ 10

Les premières lignes: Le bain refroidissait, Nicole émergea. Ruisselante elle décrocha la serviette- éponge et se frictionna longuement. Les parfums croisés de la campagne et du pain chaud faisaient monter en elle une langueur qui la berçait. Furtive, elle essaya les souliers noirs de sa mère et fit la moue.




4 commentaires:

Stephie a dit…

Je l'ai lu il y a des années et j'avais détesté. Mais je ne saurais plus te dire pourquoi.

virginie a dit…

Un livre qui m'intrigue mais j'ai peur d'être embarassée en fait. Tu en parle très bien, trop bien peut-être lol.

virginie a dit…

J'ai peur d'être embarassée par ce livre. Tu en parle très bien soit dit en passant, peut-être trop bien :)

lasardine a dit…

une grande claque!! je ne suis pas près d'oublier cette lecture choc!