lundi 2 février 2015

Une photo, quelques mots (3)

De retour pour la troisième fois avec le rendez- vous de Leiloona du blog Bricabook.


Le principe est simple. Chaque semaine, Leiloona nous propose une photo qui doit nous inspirer pour nos écrits. il n'y a pas de réelles contraintes à par le respect de la photo.
Cette semaine nous avions ceux- ci:


Cette photo a été prise par Kot.

Voici ce que j'ai pondu:

Marc me tire de ma rêverie.
« Tu viens, je suis garée en double file là ! ».
Il tente de m’embrasser mais j’arrive à esquiver en me mettant à marcher à vive allure.
« Tu sais que je me suis fait du soucis ? Lance-t-il en trottinant derrière moi.
- Oui. Je marche vite, je ne sais même pas vers où.
-  Tu comptes faire la tête longtemps ?
-  Je ne sais pas. Il faut que je gagne du temps. Peut- être… Ca dépend… Comment faire la tête à quelqu’un que l’on ne connaît pas ?
Il me rejoint, m’attrape le bras et me pointe une voiture du doigt.
-          Elle est là, la voiture !
Je suis la direction de son index et vois une voiture rouge rutilante. Je ne me rappelle de rien mais je sais avec certitude que cette voiture vaut plus que quelques cacahouètes. Marc m’ouvre la porte, très gentleman. J’en profite pour le regarder. Grand, élancé, yeux noirs, crâne rasé et look décontracté chic. De prime abord, un homme bien sous tout rapport. Je dois essayer de me souvenir que si j’étais dans ce parc en me réveillant, c’est avant tout parce que j’ai fui notre domicile à cause d’une dispute dont j’ignore toujours l’origine. Marc s’installe, met le contact et démarre. S’en suit un silence d’une lourdeur sans égal. Je jette un œil dans le rétroviseur. Je me regarde dans les yeux sans me reconnaître. Cette femme aux cheveux roux, aux yeux bleus et au teint pâle me scrute.
Pour faire passer le temps, je décide de regarder dans mon portable. J’essaie de faire abstraction de ce SMS préférant repousser l’échéance d’un long questionnement. Je fouille dans les photos et tombe sur l’image d’un port. La lumière de la photo est magnifique. Tout semble paisible et pourtant la sensation qu’une tempête couve n’est pas loin. Un bateau est là seul au milieu de tout. On semble l’avoir oublier, abandonné. Il doit se sentir seul au milieu de cette immensité. Bizarrement, je sais ce qu’il ressent. Marc jette un regard par-dessus mon épaule.
-          C’est un bon souvenir cette photo… Tu avais absolument voulu aller faire une balade en bateau alors qu’il faisait mauvais temps. On s’est retrouvé en plein milieu d’une tempête pas possible. Tu as vomi tripes et boyaux ! C’était pas beau à voir… Du coup, tu as voulu prendre une photo du « dernier bateau sur lequel tu avais mis les pieds ». Il éclate de rire à ce souvenir que je ne partage pas avec lui et rentre dans le parking d’un immeuble.
Malgré moi, je souris et éteins le portable, gênée de pénétrer dans l’intimité de cette inconnue. Aussitôt dans ma poche le téléphone vibre. Un nouvel SMS… « Tu as du courrier ».
Marc se gare sur la place de l’appartement 2A. On descend de voiture et je le suis vers l’entrée. En passant devant les boîtes aux lettres je lui lance : « On devrait regarder le courrier non ? ». Il répond par un haussement d’épaule et ouvre une des façade. Il sort un tas de lettres puis me tend une grande enveloppe. « Pour toi. »
Sur l’enveloppe blanche, écrit au marqueur mon prénom « CASSANDRE ». Marc continue à avancer mais je ne suis pas. J’ouvre l’enveloppe fébrile, j’en tire les feuilles y jette un rapide coup d’œil. Je me glace sur place. Mes mains tremblent, mon souffle devient court. Je feuillette les feuilles de plus en plus vite comme si je devais les voir et les revoir pour y croire. Je suffoque.
«  CASSANDRE TU VIENS BORDEL ! »
Je lève les yeux, déglutis difficilement, range les papiers dans l’enveloppe.
Je ne sais pas qui je suis mais apparemment d’autres le savent pour moi.

N'hésitez pas à lire les textes des autres blogs! Les liens sont sur le blog de Leiloona.

Rendez-vous sur Hellocoton !

8 commentaires:

Sevy28 a dit…

Zut, j'ai oublié ce rendez-vous !

bene89 a dit…

Glaçant !
Feras-tu une suite?

Amandine Aufildesplumes a dit…

Tu peux encore faire un texte!

Amandine Aufildesplumes a dit…

J'espère mais c'est compliqué car je ne sais pas où je vais.

capitainecourageux a dit…

Elle court à tire d'elle (sic)...

On pense à Hitchcock, à lire ce texte, des couleurs en plus.

Pierre Forest a dit…

Beaucoup de questions dans réponse. Peut-être en apprendra-t-on davantage dans une éventuelle suite. Texte intéressant, immersif.

Leana Gey a dit…

très prenant ce texte, on a envie de savoir la suite en effet !

Amandine Aufildesplumes a dit…

Merci pour tout vos gentils commentaires. Je commence à avoir une idée un peu plus précise de là où je vais...