vendredi 18 juillet 2014

Séquestrée de Chevy Stevens

Séquestrée de Chevy Stevens, Pocket, 382 pages

La quatrième de couverture: Annie a été séquestrée.
Elle a passé douze mois en enfer dans une cabane perdue au fond de la forêt.
Annie est libre, enfin, mais les séances chez le psychologue lui font revivre chaque minute.
Annie est sauve, le plus dur est derrière elle.
Du moins le croit-elle...

Ce que j'en pense: Un bon vieux thriller y a que ça de vrai!
Je me suis plongée dans la lecture de ce roman avec délectation et j'ai vraiment eu du mal à m'en défaire! L'intrigue est juste WAHOU! Annie se fait kidnapper par un malade. Un jour elle arrive à se libérer mais le soucis c'est que son calvaire ne semble pas fini... Je ne peux rien vous dire d'autres sur l'intrigue qui est juste magistrale. Le suspens est insoutenable et je suis assez d'accord avec Lisa Gardner qui dit que "ce thriller est d'une force inouïe".
Le personnage de Annie est très attachant. Forcément, une femme qui se fait enlever, séquestrer et violer, on ne peut pas trop lui en vouloir. Annie est toute entière dans ce livre. C'est l'héroïne, c'est le narrateur, tout passe par son regard, par son ressenti, par ses émotions.
L'auteur a fait un choix judicieux avec cette narration. Il a également fait preuve de génie en faisant raconter l'histoire durant les séances de psy. En fait chaque chapitre représente une séance où Annie nous raconte un bout de son histoire. En aucun cas le psy ne prend la parole. Cela pourrait s'apparenter à un long monologue mais même pas! À travers ces séances, nous découvrons l'histoire de Annie. Nous découvrons sa vie d'avant, celle où elle a été séquestrée et les conséquences que cela a eu sur sa vie actuelle. Les séances balaient donc de façon générale la vie du personnage sans pour autant en suivre la chronologie.
Durant cette lecture, je suis passée par différents sentiments. La première séance nous met directement dans le bain... J'ai eu une bouffée d'angoisse en lisant la scène de l'enlèvement et le moment où elle comprend ce qui arrive. J'ai pleuré, j'ai eu envie de vomir bref, ce livre est un véritable ascenseur émotionnel.
Chevy Stevens réalise également un coup de maître en se faisant totalement oublier. J'ai eu l'impression réelle que Annie existait, qu'elle me racontait son histoire et non que c'était un auteur qui inventait tout cela. En choisissant le ton de la conversation, l'auteur accentue le sentiment de confession de ce livre, le rendant intime.
Le pire dans tout cela c'est de se dire qu'il existe des Annies partout dans le monde et cela m'a littéralement effrayée.
En bref: Un livre prenant, un pur coup de génie. À lire!

2 commentaires:

Dareel a dit…

C'est vrai que comme tu dis, l'auteur se fait très bien oublier. On a vraiment l'impression d'être en tête à tête avec Annie, qu'elle nous confie tout ça à nous. J'ai adoré également !

Amandine Aufildesplumes a dit…

C'est vraiment un gros coup de coeur ce livre. J'ai rarement été aussi transporté.